A la une·articles·coup de gueule·Non classé

L’Affaire Quismy Des Vaux

La nouvelle est tombée aujourd’hui : la jument de 11 ans Quismy Des Vaux, propriété du Haras Des Coudrettes et évoluant sous la selle du cavalier Français Kevin Staut ne reviendra pas sur les terrains de concours.

Kevin-Staut-und-Quismy-de-Vaux
Credit to Reiterzeit.de

Rappel des faits :

CSIO de St-Gall – nuit du 6 au 7 Juin

L’étalon du Suisse Romain Duguet, Ottello du Soleil s’échappe de son box démontable et rejoint celui Quismy. La rencontre est violente et le lendemain matin, l’étalon, retrouvé avec la jument, a de nombreuses blessures à la tête et au poitrail. Mais l’état de Quismy est bien plus inquiétant. Elle souffre de nombreuses contusions, œdèmes (…) et est boiteuse. Le vétérinaire de l’équipe de France émet des réserves quant à l‘avenir sportif de la jument, mais pour le savoir, il faudra attendre que ses hématomes se résorbent.

La recherche du responsable est en marche. L’organisation est pointée du doigt et notamment ses failles au niveau sécurité. En effet, comment est-il possible que les vigiles, en charge de faire des rondes tous les trois quarts d’heure, n’aient rien entendu ? Il est impensable que la rencontre n’ait pas fait de bruit ! Comment est-il possible qu’ils n’aient rien vu ? Ont-ils pensé que deux chevaux dans un même box est une situation normale ? Ou ne sont-ils tout simplement pas passés ?

Pour les propriétaires, la FEI «doit réagir» et assurer la sécurité des chevaux durant la nuit, les grooms n’étant pas autorisés à rester à leurs côtés.

Et Aujourd’hui ?

Aujourd’hui, Emmanuèle Perron-Pette annonce la fin de carrière pour cette jument d’exception. En effet, 6 mois après les faits, si la jument se porte bien, sa carrière de sportive de haut niveau n’est plus envisageable. Elle a donc rejoint les champs de l’élevage Normand où elle coule des jours heureux. Mais les propriétaires ne comptent pas en rester là, et annoncent aujourd’hui que, faute d’avoir trouvé un accord raisonnable entre les deux parties, l’affaire sera portée devant les tribunaux français.

En effet la propriétaire explique, dans un communiqué à Grand prix magazine, «ils nous proposent une indemnisation qui représente à peine 4% du prix d’acquisition de la jument et même pas le montant des gains que Quismy a gagné en concours rien que les cinq premiers mois de 2015».

.

L’affaire est donc loin d’être terminée.

Pour aller plus loin :  

-> L’article complet de Grand prix magazine > ici

-> Historique de l’affaire > ici

-> Tenter de comprendre pourquoi l’étalon a agressé la jument > ici

11265203_689962917798919_387675191560016958_n.jpg
Credit to Marine Villata – Info Jumping

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s