articles·choix·Matériels

Choisir une couverture

L’hiver s’est installé et parfois, il faut s’y résoudre, Kiki ne passera pas la saison sans couverture. Il faut donc se lancer. Le problème, c’est qu’il y a autant de sorte de couvertures qu’il n’y a de poils sur le dos de Kiki. Et en plus, taille, grammage, deniers et tout le tralala, ce n’est pas très clair. 

La taille

Un guide de taille est souvent à disposition pour nous guider dans le choix d’une couverture. Ci-dessous, le guide des tailles du magasin Padd pour avoir une idée (il peut en effet y avoir des variations en fonction des marques).
0_12649---couv_645x2000.gif
Guide de taille du magasin Padd
taille
Mesures à effectuer

Les différents grammages

Le grammage c’est le nombre de grammes au m2  : plus la couverture possède un grammage élevé et plus elle est chaude.
Généralement le grammage des couvertures va de 0 (pour une couverture juste imperméable par exemple) à 400 g/m2. Il existe des couvertures avec un grammage plus élevé (450 etc) mais celles ci sont assez rares.
Le grammage est donc fonction de la chaleur que va fournir la couverture, de l’épaisseur en quelques sorte.

Les deniers

Les deniers sont eux, fonctions de la solidité de la couverture. En règle générale, les deniers vont de 600 à 2000. En réalité, les deniers correspondent au poids en gramme pour 9000 mètres de fibre. Plus le nombre de deniers est important et plus la fibre utilisée pour la fabrication de la couverture va être lourde, donc résistante.

Le type

Vaste débat ! Le choix d’un couverture dépend de plusieurs paramètres : âge du cheval (il peut avoir des difficultés à faire du poil et à se réchauffer), race, morphologie, tondu ou non, conditions climatiques, milieu de vie …
> Le couvre rein sert lorsque l’on monte un cheval tondu. On peut en prendre un polaire, ou un imperméable si on monte sous la pluie (il existe même des imperméable doublé polaire, comme la nature le marché est bien fait)
> La couverture séchante : sert à sécher après l’effort, ce n’est pas une couverture que le cheval garde longtemps sur le dos
> nid d’abeille, coton, polypropylène etc… Ce ne sont pas des couvertures contre le froid, elles ne nous intéresse donc pas ici
> couverture polaire : sert en tant que sous-couverture ou pour l’avant saison, au box, pour ne pas que son cheval fasse trop de poils (Pas au champs, parce que si il pleut, le cheval se retrouve avec un truc trempé sur les reins : pas good du tout)
> couverture de pré : imperméable, elle est, comme son nom l’indique pour les chevaux allant au paddock ou au pré
> couverture de box : souvent peu ou pas imperméable, c’est la couverture pour le box
Une chose : On évite au maximum les superpositions de couches !
Prenons le cas suivant : en plein hiver en Normandie (c’est à dire froid, très peu de gel et pas de neige mais de la pluie) : Ce diagramme est donné à titre d’exemple, chaque cas est unique, il permet juste de se donner une idée de vers quoi se tourner.

couverture.jpg

Conclusion :

> Il faut adapter le type de couverture au milieu de vie du cheval <
> Il faut adapter le grammage au condition climatique et à l’état du cheval <
> Il faut adapter le nombre de deniers au milieu de vie (champs avec des arbres / ronces) et au respect du cheval pour les couvertures (si c’est une crapule, il faut taper dans du résistant!) <
En bref, chaque cheval est un peu unique et au fil de la saison, il faudra changer de couvertures et adapter au mieux.

Pour aller plus loin :

> Les formes des couvertures peuvent varier : avec/sans couvre cou, avec/sans des soufflets d’aisance, avec/sans un rabat de queue…
> Pour les marques, ça dépend surtout du budget, des opportunités… Il n’y a pas de restrictions, le mieux est d’aller voir les avis sur internet.

 

Sans nom 1.jpg

J’espère que cet article t’a plu et à bientôt ! 
Publicités

2 réflexions au sujet de « Choisir une couverture »

  1. Intéressant mais je ne suis pas tant d’accord sur le poilu/pas très poilu de ton schéma. Beaucoup de chevaux qui ont l’habitude d’être dehors en hiver sont habitués et mettent donc beaucoup moins de poil. Ma jument n’en met presque pas même par des températures glaciales par exemple car elle n’a jamais été couverte de sa vie, alors qu’un autre cheval régulièrement couvert, au moindre coup de frais, il met un poil de shetland. Donc c’est aussi en fonction du cheval. Et il y a des chevaux qui mettent davantage que d’autres 🙂 C’est pas car un cheval met moins de poil qu’il faut s’inquiéter et vouloir à tout prix le couvrir car nous humains avons froid ^^

    Aimé par 2 personnes

    1. Oui tu as bien raison, ce schéma est très très grossier ! Il voulait surtout mettre en avant le fait qu’un cheval non tondu au pré peut avoir besoin d’une couverture, mais peut être un peu maladroitement :). Je suis entièrement d’accord avec toi sur le fait que ce n’est pas parce que nous avons froid que forcément notre cheval aussi (anthropomorphisme quand tu nous tiens ^^) ! Merci de ce commentaire !!

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s