articles·choisir son matériel·matériels

Choisir son mors, une galère ?

Après avoir regardé de plus près la différence notable entre un mors droit ou brisé (par ici), il est naturel de demander « Ok, mais je prends quoi comme type de mors moi ? ». Réponse simple : « moi, j’en sais rien. » 

Et oui, choisir un mors ce n’est pas un chose facile, on peut même dire que c’est carrément une galère et il n’existe aucune solution ni même aucun diagramme miracle qui permettrait de savoir à coup sûr quel mors conviendrait à votre cheval. D’abord parce qu’un mors convient à un type de cheval mais également au cavalier et à ses sensations et de la discipline que celui ci envisage de faire. Pour un cheval de club, il est évident que les coaches choisissent un mors en fonction du cheval et du « type de cavalier » à qui il est destiné (on ne met pas une bride à un cheval de débutant par exemple). Pour un cheval de propriétaire, le choix peut être plus subtile.

Voici tout de même quelques critères qui peuvent aider dans le choix du mors :

Un peu d’anatomie :

Avant toute chose, voici un petit récapitulatif des différentes parties du mors, pour être sûr que l’on parle bien de la même chose !

Document1.jpg
Les différentes grandes parties d’un mors (ici mors Chantilly)

La taille du mors :

Une première chose évidente, le mors doit être adapté à la taille de la bouche de votre cheval. En effet, un mors trop petit va pincer la bouche du cheval alors qu’un mors trop grand risque de blesser le palais. Les tailles les plus répandues sont comprises entre 105 à 145 mm.

Pour savoir quelle taille prendre, il suffit de prendre un brin de laine, de le placer dans la bouche du cheval et de le mesurer et d’ajouter environ 2 mm de chaque côté pour qu’il soit à la bonne taille. Certaines selleries proposent des guides de taille permettant d’avoir une idée générale (à ne pas suivre si vous avez un cheval avec une tête disproportionnée par rapport au corps – désolé -) :

Classeur1.jpg
Tableau des tailles de mors moyennes en fonction de la taille du cheval

La grosseur des canons :

L’épaisseur des canons est également importante lors du choix du mors. La règle est : plus les canons sont épais et plus le mors est doux.

Il n’est pas très difficile de comprendre cette notion : plus les canons sont épais et plus la force appliquée sur la bouche du cheval lorsque vous tirez dessus sera répartie. Plus elle est répartie et plus elle est diffuse. Au contraire avec des canons fins, toute votre force va s’appliquer sur une toute petite partie de la bouche et la cisaille.

On peut faire un parallèle avec le port d’un sac de course. Lorsque que vous portez un cabas lourd, plus les anses sont larges et moins vous avez mal aux mains. CQFD.

Si vous avez un cheval qui a du mal à venir prendre son mors et qui pioche, un mors gros canon devrait l’aider à venir se poser dessus (se poser malheureux, pas peser !)

Canons fins ≤ 12 mm
Canons standards ∈ [12 mm ; 14 mm]
Canons larges ≥ 15 mm


La matière du mors :

De nombreux matériaux différents peuvent entrer dans la composition d’un mors.

  • L’acier est la matière la plus courante. L’acier peut être inoxydable ou non (// antirouille). C’est le mors le plus basique, couleur argent.
  • Cuivre (généralement les canons sont en cuivres et les anneaux en acier) : le cuivre est utilisé pour sa capacité à faire saliver le cheval et lui faire mâchouiller son mors.
  • Le caoutchouc ou la résine : entre généralement dans la composition des mors à gros canon. L’âme est souvent en acier et recouvert de résine. Il est nécessaire que le mors soit en bonne qualité pour ne pas que des morceaux de résine s’enlève si le cheval mâchouille son mors (cf cette vidéo de Hu dada).
  • Le cuir : entre dans la composition de mors très spécifique comme le mors meroth
  • Des alliages comme le laiton, le cyprium-90…

Les principaux mors rencontrés et leurs actions :

Mors à effet releveur :

  • Le mors « simple » ou mors chantilly : effet releveur
  • Le mors olive : même action que le mors simple (peut être un petit plus dur du fait que les anneaux ne coulissent pas, il évite toutefois les pincements des commissures des lèvres et prévient d’éventuels blessures.

classic_b9941b4abfa942d5a3b0e46f8a0960b6

  • Le mors verdun : effet releveur ++

mors-verdun

  • Le mors aiguille : en plus d’avoir un effet releveur il aide à la direction grâce aux aiguilles et est souvent utilisé sur les jeunes chevaux et pour le travail à la longe. En effet, les aiguilles permettent d’encadrer le cheval.

mors-aiguilles-a-olives-inox-satin-feeling

  • Le baucher : avec son petit bras de levier, il a une plus forte action releveuse. Il a en plus la faculté d’aider le cheval à se mettre en place (ou du moins à céder dans sa nuque) ce qui peut lui valoir d’être considéré comme un mors abaisseur. On peut l’utiliser pour des chevaux ayant tendance à tirer.

mors-baucher-embouchure-coulissante

Mors entre les deux :

  • Le pessoa : Composé de 4 anneaux, il s’utilise avec 4 rênes ou des alliances (lanières de cuir qui relient deux anneaux ensemble et au bout duquel une paire de rêne est accrochée.
    Selon le placement des rênes, son action change. Sur le gros anneau du milieu il a une action releveuse. Sur les anneaux du bas, il a une action abaisseuse. Plus on se sert des anneaux du bas, et plus le mors a une action forte.

mors-pessoa-4-anneaux-a-embouchure-coulissante

  • Le pelham : S’utilise avec 4 rênes ou des alliances. Ici encore, son action dépend du réglage et d’où on attache les rênes. Le bras de levier est important et on utilise ce type de mors pour gérer des chevaux assez chaud.
    Fixé sur le gros anneau, son action est releveuse. Fixer sur l’anneau du bas, il a une action abaisseuse. L’utilisation des alliances permet de trouver un compromis entre ces deux effets.

mors-pelham-droit-inox-avec-passage-de-langue

Mors à effet abaisseur :

  • Le goya : action abaissante (moins que le pessoa). Le réglage peut faire varier son action.

mors-goyo-big

  • Le releveur : S’utilise avec 4 rênes ou des alliances. Il faut également des montants spéciaux pour l’utiliser. Contrairement à de nombreuses idées reçues, ce mors a un effet abaisseur. Plus les anneaux sont grands et plus l’action du mors est dure (contrairement aux autres mors). Il permet de redresser des chevaux ayant tendance à se mettre sur l’avant main.

mors-releveur-simple

Autres mors moins courant :

  • La bride : composée de deux mors : un mors de bride (le plus souvent, le mors Lhotte) et un mors de filet. Il a un effet abaisseur.
  • Le meroth
  • Le hackamore : peut-on vraiment parler de mors dans ce cas là ? Le hackamore est constitué d’une muserolle, d’une gourmette et de deux branches sur lesquelles sont attachées les rênes. Ce mors a donc une action en bras de levier, dont la force est proportionnelle à la longueur des branches. La sévérité varie également en fonction de la largeur de la muserolle (idem que la largeur des canons).

Il existe une multitude d’autres mors comme le mors Saumur, les mors à 4 anneaux, le mors à spatule, le mors de course…

luciana-389cf81.jpg
La cavalière Luciana Diniz, montant en meroth ©Studforlife.com

J’espère que cet article a été utile, à bientôt !

N’hésite pas à donner ton avis 😉 

 

 

 

Bibliographie :
Mes coachs
Site internet du domaine de Lescudia, Les embouchures
Site internet Top mors, Les conseils pour choisir votre mors
Site internet Cheval 02, Comment choisir son mors
Site internet Atelier du cheval, Choisir une embouchure

 

 

Publicités

3 réflexions au sujet de « Choisir son mors, une galère ? »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s