articles

Les figures de dressage (1/2)

 » Le dressage consiste à faire évoluer les chevaux afin de montrer l’élégance de leurs mouvements et leur facilité d’emploi. » (FFE)
Aujourd’hui on se lance dans un gros morceau : les figures de dressage et comment savoir si elles sont bien réalisées. En effet, en regardant les JO à la télévision cet été on s’est demandé (allez, avoue) : « Ouais bon ok, mais pourquoi ça ça justifie un 7,5 alors que l’autre avant a eu 6… » Cavalière de l’ouest s’est donc lancé un défi : répertorier les principales figures rencontrées lors des reprises de dressage et comprendre les notations des juges. 

Avant ça je te renvoie à deux articles du blog :


Le cercle / volte 

cercle

Le cercle est un « rond » effectué par le couple d’un diamètre imposé (généralement 10, 15 ou 20 mètres en épreuve club). Il doit être régulier. Le départ du cercle se fait sur la piste à un endroit donné (généralement une lettre) et la fin du cercle doit se situer exactement au même endroit. Vu d’avion, il doit ressembler à un trait de compas.

Ce que regarde le juge : Il regarde tout d’abord le tracé qui doit être précis et régulier (on évite les paranoïdes ou les cercles carrés). Ensuite, il regarde l’attitude du cheval et son incurvation sur le cercle (bout du nez tourné dans la direction) et cheval arrondi sur le cercle mais également les hanches qui doivent suivre le cercle sans partir vers l’extérieur ou l’intérieur. Enfin, il regarde l’activité du cheval : il ne doit pas avoir de rupture dans l’allure avec un cheval qui va ralentir puis accélérer sur le cercle. 


Le doubler 

doubler
doubler dans la largeur

Le doubler est une sorte de traversé en ligne droite de la carrière de dressage dans le sens de la longueur ou de la largeur perpendiculaire à celle-ci. A la fin du doubler il peut y avoir ou non changement de main. 

Ce que regarde le juge : Il regarde le tracé qui doit être précis (départ et arrivé à la lettre) . Au départ du doubler, le cheval doit s’incurver pour tourner puis dans le doubler, la rectitude du cheval est essentiel : celui ci doit être droit et en avant. A la fin du doubler, il doit de nouveau s’incurver dans la direction souhaitée.

Conseil pour réussir son doubler : Commencer son incurvation et partir un peu avant la lettre en prenant en compte la maniabilité de son cheval pour se retrouver sur la ligne du doubler (si on tourne trop tard on risque de se retrouver décalé et pas entre les deux lettres). De même à la fin, anticiper un peu son tournant pour ne pas se retrouver à faire un droite/gauche à la fin. 


L’arrêt 

Transition du pas à l’arrêt ou du trot / arrêt ou même galop / arrêt.

arret
©Equitation Passion

Ce que regarde le juge :  La fluidité dans la transition. L’immobilité (3 secondes minimum) du cheval et donc sa « soumission ». La rectitude dans l’arrêt (pas d’arrêt de travers ou les hanches qui partent d’un côté). Il regarde enfin si l’arrêt est « carré » c’est à dire si les membres du cheval forme un rectangle : les postérieurs ainsi que les antérieurs au même niveau et qui forme les coin du rectangle et les 4 sabots posés sur le sol. En effet, on ne veut pas un membre qui traine au loin ou bien des arrêts dits campé (les antérieurs très loin des postérieurs comme si l’avant main avait continué un peu tandis que l’arrière main s’était arrêté).


Le reculer 

Def : allure marchée, symétrique, rétrograde, à deux temps, par bipèdes diagonaux. 

webreculp1010812.JPG
Cheval sur les hanches entrain de reculer ©cours-Equitation

Ce que regarde le juge : La netteté de la figure : les postérieurs et les antérieurs doivent rester en ligne et le reculer doit être droit à la piste. Les membres doivent se lever nettement. Le juge regarde également l’ordre de levée des membres et le respect des pas diagonaux. Le cheval ne doit pas se défendre, sortir de la main ni s’encapuchonner (se qui traduirait un excès de main de la part du cavalier). La fluidité de la figure est également importante. Enfin, l’allure de sortie est notée : il ne doit pas y avoir d’arrêt après le reculé : le cheval doit directement rompre dans l’allure. 


La diagonale 

diagonale
diagonale

Figure qui consiste à traverser le manège depuis un coin vers le coin opposé. L’usage voulant que les angles de départ et d’arrivée ne soient pas trop fermé, on part toujours du second petit côté que l’on rencontre. Il y a toujours changement de main lors d’une diagonale. 

Ce que regarde le juge : Comme pour toute figure, le juge va regarder la précision du tracé, notamment au départ et à l’arrivée de le diagonale (si le couple respecte les lettres), puis durant la diagonal il regarde la rectitude du cheval (pas de diagonal qui ondule), la rectitude du cheval (incurvation au départ et à l’arrivée puis un cheval droit) et son attitude : pas de cheval qui s’ouvre dans la diagonale (en effet, les chevaux ont l’habitude que les diagonales servent aux allongements ou aux changements de pieds et ont donc tendance à relever la nuque) mais également la régularité de l’allure et l’activité (pas d’accélération et pas de ralentissement à l’arrivée lorsque le cavalier veut incurver son cheval). 


La demi-volte 

demivolte.jpgC’est demi cercle suivi d’une diagonale qui permet de rejoindre la piste à l’autre main. Il y a donc changement de main. 

Ce que regarde le juge : La précision du tracé, l’incurvation sur le demi-cercle (cf cercle) puis la rectitude sur la diagonale (cf diagonale) et enfin l’incurvation à l’arrivée sur la piste. 

La demi-volte renversé est juste une demi-volte à l’envers.


Lignes courbes au galop 

Deux lignes droites avec un changement de direction à la lettre demandée sans changement de pieds. L’incurvation elle ne change pas. 

Ce que regarde le juge : La correction du tracé (il faut aller jusqu’à la lettre demandée qui est généralement X), l’attitude du cheval (pas de cheval qui s’ouvre), la correction de l’allure (pas de changement de pied, pas de cheval désuni) et sa régularité

A 1m58 vous pouvez voir une ligne courbe au galop –> ici


La serpentine

serpentine
serpentine 4 boucles

C’est une série de demi-cercle qui se commence et se termine au milieu de la largeur du manège. Chaque demi-cercle doit avoir la même taille et le cheval doit constamment être incurvé dans le bon sens. Une serpentine 3 boucles ne comporte pas de changement de main contrairement à la serpentine 4 boucles.

Ce que regarde le juge : la correction du tracé (taille des boucles, position, si les boucles arrivent bien jusqu’à la piste), la régularité de l’allure, l’attitude du cheval et son activité et enfin l’incurvation et les changements d’incurvation (à faire sur la ligne du milieu au moment du changement de direction avec 3 foulées droites avant de changer d’incurvation). 


J’espère que cet article t’as plu, si tu as la moindre remarque n’hésite pas et on se retrouve la semaine prochaine pour la suite des figures avec les cessions à la jambe, l’appuyer, l’épaule en dedans, le piaffer, le passage et la pirouette !

source :
ffe.com
youtube.com

Publicités

Une réflexion au sujet de « Les figures de dressage (1/2) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s