articles·shopping/Test

La protection-dorsale Dainese Alter-Reall

Après 15 ans d’équitation en concours tu en es convaincu que tu sais tenir à cheval et pour faire une prépa et tu n’as pas besoin de l’affreux parre-dos qui te scie les côtes et te fais ressembler à une tortue ninja. Oui, toi tu en es convaincu, mais ta mère, qui frôle la syncope à chaque croix franchie (avec brio), l’est beaucoup moins ! Voilà qu’elle te lance un ultimatum : ou tu arrêtes de poser tes fesses sur cet animal qui est dangereux aux deux bouts et inconfortable au milieu (cassedédi à Churchill, poto si tu passes par là), ou tu t’équipes comme il faut. Et après moultes discussions pour déterminer que le « comme il faut » ne sous entend pas une armure complète ou un énorme morceau de papier bulle (pas sur que Kiki kiffe la plaisanterie), tu te retrouves à farfouiller sur internet pour trouver un protège-dos qui satisfera les deux parties. No panic, j’ai ce qu’il te faut !

J’ai la joie (le bonheur, que dis-je, le ravissement), de te présenter la protection dorsale Daines Alter-Reall de chez Padd : 
dorsale-dainese-alter-reall-femme.jpg
l’objet de la discorde

Voilà la description de ce produit sur le site Padd : 

« Plus de liberté tout en sécurité grâce à cette protection de dos qui se veut légère et respirante. Moulante et respirante en mesh extensible, elle se place aussi bien sur un tee-shirt que sous un blouson.
Dos renforcé par un matériau innovant, le Crash Absorb® de forme hexagonale en mousse nitrile respirante, qui assure une bonne protection. Fermeture au niveau de la ceinture grâce à une large bande auto-agrippante élastiquée et matelassée pour plus de confort. Bretelles réglables et partie épaule matelassée. »

C’est une protection de niveau 2 qui a été testé et certifié conforme au Standard Européen EN1621-2:2003. Il n’est pas autorisé pour partir sur le cross d’un CCE ou pour toute autre épreuve exigent un protège-dos.

Petite aparté : il faut faire attention entre deux mots dont la différence peut paraître anodine : les gilets protèges dos et les protections dorsales : le premier est autorisé en complet alors que l’autre ne l’est pas. En effet, les protections dorsales protègent seulement le dos et sont considérés d’un niveau insuffisant pour partir sur le cross. 

Mon avis 

Le protagoniste :  Depuis que je sors en CSO, j’ai presque toujours monté avec un gilet protège dos (merci maman -oui, je vais lui faire sa fête dans cet article-). J’ai commencé avec le gilet de chez Fouganza (tu sais, la coque rigide moche de chez moche), puis avec un gilet articulé. J’ai arrêté pendant un temps de mettre un protège dos, n’aimant pas du tout être serré dans une armure mais je suis tout de même habitué à porter une protection. Ce qui veut dire 2 choses : d’un côté je suis habitué à être engoncé dans une armure et de l’autre je sais à quoi m’attendre et j’aspire à un meilleur confort que ce j’avais précédemment. 
Première approche : Dans le magasin, c’est celui qui me tentait le plus. Il semble léger et pas trop inconfortable. Il est réglable à plusieurs endroits : au niveau des bretelles et au niveau de l’élastique ventrale ce qui est un bon point. Une fois enfilé la première impression est confirmé : il est léger, pas trop épais et ne gène pas pour bouger.
Test en selle : Déjà hors du magasin en tenu d’équitation et devant le nez de son cheval qui ri déjà à l’idée de vous voir harnacher comme lui, on fait beaucoup moins le malin. Déjà il nous semble plus rigide et moins confortable. Premier mauvais point, les bretelles sont trop grandes et du coup, le gilet n’est pas tout à fait plaquer sur mon polo. Il me faut alors faire des noeuds pour raccourcir le tout. Pour autant le gilet en lui-même n’est pas trop grand et pile-poil à ma taille puisqu’il m’arrive en bas du dos, juste au dessus du coccyx. On pourrait peut être même lui reprocher d’être un poil court en longueur alors que j’ai pris la taille L (pour ceux qui ne le savent pas encore, je me mesure environ la taille d’un demi champignon). Donc pour tout vous dire, j’ai commencé la séance en étant très mitigée sur l’objet car par dessus le marché, c’est bien joli la fermeture ventrale mais tu as intérêt à avoir des abdos en bétons si tu ne veux pas que tes bourrelets ressortent par dessus (bref).
Pour ce qui est du test en selle, je ne peux qu’avouer qu’effectivement il est confortable et qu’il sait parfaitement se faire oublier. Il ne bouge pas une fois positionné ce qui évite de devoir se rhabiller entre deux oxers. Il n’est pas non plus trop chaud et il évite donc de suer comme un boeuf dès la première épaule en dedans et avoir le droit au magnifique trace de sueur une fois descendu ce qui est effectivement un gros point positif.
Test en concours : Le gilet est très discret et se laisse oublier une fois en selle. Bon on ressemble toujours à une tortue ninja mais on n’y pense pas et c’est l’essentiel. Il est tout à fait possible de la porter au dessous de sa veste de concours ce qui est un point essentiel.

Capture d’écran 2016-10-09 à 22.08.33.png

Prix : Tu peux retrouver ce gilet dans tous les magasins Padd pour le prix de 190€ 
C’est vrai que ce n’est pas donné mais il vaut mieux investir dans une protection que devoir se racheter un dos 🙂
Conclusion : le gros point négatif de ce gilet est donc la coupe qui ne me semble pas adapter avec des bretelles très longues et une protection dorsale assez courte (fait pour des cavalières à forte poitrine peut-être?) mais malgré tout cela reste un bon produit, technique et léger ce qui est essentiel.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s