A la une·articles·exercices à pieds·Les aventures de Kiki·travail du cheval

J’ai testé : un stage de travail à pied

Le but était de commencer à développer une complicité et créer une relation qui est loin d’être simple, malgré ce qu’internet essaie de nous vendre.
Dans notre cas, c’est un petit peu comme si nous nous tolérions et essayions de cohabiter avec, de ce fait, des moments de panique où lui comme moi préférions être partout sauf ensemble. Après notre changement d’écurie il y a maintenant 3 semaines, nous essayons de travailler dans ce sens : plus de confiance et d’observation et moins de prises de tête. Nous avions déjà travaillé à pieds mais plus dans la découverte de nouveaux objets et les gestes du quotidien (donner ses pieds, ne pas bouger à l’attache, accepter le spray…) et il était grand temps de prendre le problème à bras le corps.
Pour éviter de prendre de mauvaises habitudes dès le départ, j’ai choisi d’éviter les tutos Youtube, (qui sont au demeurant très utile une fois notre œil aiguisé), et de me tourner vers une professionnelle qui saurait nous guider. Je me suis alors inscrite à un stage de deux jours avec Pauline Beulze (Pauline et Naïade sur Facebook).
14034698_1047740951988054_5427792127887586500_n.jpg
Pauline (c) Morgane
Un achat du fameux licol + longe en corde plus tard et j’embarquais Kiki dans le camion pour de nouvelles aventures, non sans stress. En effet, comment allaient réagir les autres stagiaires et Pauline, en voyant Kiki ferré et vivant en box/paddock ? Que nini, aucun jugement et aucune réflexion, ici la tolérance et la bienveillance sont de rigueur (et ça fait du bien !).
  Après une rapide présentation nous voilà en carrière, longe en main, prêt à en découdre. On commence par apprendre la rigueur et la justesse dans les demandes : toujours commencer par demander le plus poliment possible et sans réponse, progressivement augmenter l’intensité de la demande en laissant toujours une chance au cheval de répondre positivement. Faire preuve d’exigence dans nos demandes est essentiel : non un reculé n’est pas réussi si à la fin il fait ne serait-ce qu’un pas en avant.
            Les exercices s’enchainent et je commence à comprendre certaines choses :
  • Qu’un cheval n’a aucune conscience du bon et du mauvais. Il comprend seulement : ce que mon cavalier aime bien et ce qu’il n’aime pas. Et pour savoir ce que vous voulez de lui, il analyse ce qu’il a fait pour que le mouvement s’arrête. Alors si vous arrêter à chaque fois que le cheval s’énerve ou a peur, il va comprendre que finalement c’est ça la réponse que vous attendiez.
  • Que le plus important est de gérer son timing : savoir s’arrêter à temps pour pouvoir finir l’exercice sur une bonne note mais savoir aussi demander un peu plus pour progresser.
  • Qu’il faut toujours commencer par la phase 1 pour pouvoir gagner en discrétion et légèreté. Dès que le cheval a réagi en phase 3, repasser en phase 2. S’il ne répond plus, redemander en phase 3, puis redescendre etc… Le but final étant d’obtenir toutes les réponses avec la phase 1.
Présentation2.jpg
Pendant les deux jours, Pauline a su varier les exercices, les lier entre eux et leur donner une logique. Ses explications claires et imagées m’ont permis de comprendre où elle voulait nous emmener. Pour les débutants nous avons effectué beaucoup de menés (face à eux et à côté), des reculers pour installer les zones de respects, des cercles, des désengagements, des déplacements d’épaules et de hanches, des passages étroits et des petits passages d’obstacles. Rien d’incroyable à lire comme ça mais les progrès ont été fulgurants. Kiki a été incroyable durant ce stage : très à l’écoute et concentré il a su trouver la solution à tous les exercices malgré mes demandes hésitantes. Il m’a étonné par son calme et sa décontraction qui s’est traduit par de nombreux mâchonnements et bâillements. Il s’est même endormi dans mes bras entre deux exercices ! Comme si le fait que les demandes soient très claires le rassurait. Dans un même temps il a mis beaucoup d’énergie à réaliser les mouvements ce qui me laisse conclure que lui aussi y a trouvé son compte !
Et cerise sur le gâteau, j’ai pu monter pour la première fois en licol ! Quand on pense qu’il y a 6 mois il était impossible de lâcher les rênes…

Présentation1.jpg

Vous l’aurez compris, je ne peux que conseiller de participer à un stage avec Pauline ! Jamais un mot plus haut que l’autre, pas de jugement sur votre niveau ou votre pratique de l’équitation, une pédagogie et clarté rares et un timing incroyable. Bref, pour moi c’est tout vu, mon agenda est bouclé 😉 !
Merci à Pauline pour ses conseils et sa patience, Maybellene pour son accueil, toutes les filles pour ces bons moments et Céline Dufourd pour les photos ! 

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « J’ai testé : un stage de travail à pied »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s