articles·Cavalier·Lifestyle

#3 BOLIVIA – Retour d’expérience

On se retrouve pour un dernier article de la série BOLIVIA, et aujourd’hui je vous note les différences que j’ai pu relever entre la Bolivie et la France, au niveau de la pratique de l’équitation, des chevaux, des installations, etc. 
1_ L’altitude joue un grand rôle dans la pratique de l’équitation en Bolivie, pour les touristes en tout cas. Il faut prévoir quelques jours d’adaptation avant de vouloir monter, au risque d’être essoufflé au bout de trois tours de trot, et ceux, même si tu es sportif ! 
20171017_020307

2_ Les chevaux sont assez différents des chevaux français, notamment dans leur dressage. C’est assez difficile à expliquer mais on a parfois du mal à trouver le rythme et la cadence adéquats. Pour en avoir discuté avec quelques filles ayant monté ailleurs (notamment en Europe) avant d’arriver à La Paz, celles-ci partagent mon opinion, sans pouvoir mettre des mots plus précis sur cette différence. Je dirais qu’ils ne rentrent pas dans le moule.

3_ La culture équestre est également différente de celle que je connais en France. On sent que les personnes pratiquant l’équitation ont de vraies ambitions sportives en Bolivie, mais en revanche, on retrouve moins l’aspect ludique qu’il peut y avoir dans les clubs français, avec l’apparition de disciplines comme le Pony game, le horse ball, etc. Ici l’équitation c’est du sérieux même si les cavaliers restent ouverts. 
Exemple : En Bolivie, les cours débutants ne se font pas à shetland, par groupe de 6 mais tout seul, au bout d’une longe, sur les mêmes chevaux qui sont ensuite montés par des niveaux plus confirmés. L’élève est donc face au moniteur, qui lui apprend alors les rudiments de l’équitation par d’intenses séances de mise en selle. Les cours ne durent pas une heure mais plutôt 35 à 40 minutes. 

20171010_163402.jpg


4_ Le fait que chaque cheval ait son groom a des avantages et des inconvénients : 
  • d’abord cela permet que chaque cheval ait un traitement individualisé, et que même les chevaux de club soient bien soignés (on a beau dire, ce n’est pas le cas dans les clubs français, avec des cavaliers de plus en plus fainéants). Les chevaux que j’ai côtoyé en Bolivie avaient du matériel adapté, des couvertures individuelles, et du foin de qualité. 
  • En revanche, si tu ne demandes pas, tu ne t’occupes pas de ton cheval. Son groom va le brosser, le seller, l’emmener dans le manège, le ressangler, le tenir pendant que tu te mets à cheval et même régler tes étriers. Et à la fin du cours, à peine tu auras mis le pieds à terre, qu’il viendra le reprendre pour le desseller, laver le mors, le brosser, lui doucher les membres, lui remettre sa couverture et le rentrer au box. Toi, tu peux assister à tout cela en simple spectateur et lorsque tu es habitué depuis enfant à t’occuper de la monture qui t’a gentiment porté pendant une heure, tu te sens très mal à l’aise. Il ne faut cependant pas hésiter à demander à le faire, ce qu’ils accepteront  volontiers. L’inconvénient de cette pratique reste donc que pour moi, si tu n’en manifestes pas l’envie, tu n’apprends jamais à t’occuper d’un cheval (d’ailleurs, même les chevaux de propriétaire ont leur groom). 

5_ Les chevaux boliviens ne sont pas gros. A part Flash, ils sont plutôt très fit, et au départ on a même un peu peur de les casser. Mais ils se sont simplement adaptés au climat aride du pays alors même si venant de Normandie, cela interpelle, cela n’a rien à voir avec une quelconque maigreur. 

20171012_175154.jpg


6_ Les installations n’ont rien à voir avec celles d’un club classique français. C’est bien plus luxueux et chic. Je n’ai pas pu savoir si c’était seulement le propre de ce club ou si tous étaient de cet acabit. 
20171013_094432.jpg
Le petit manège

En conclusion, j’ai trouvé cette différence de culture très enrichissante. Il n’y a pas de mieux ou moins bien, c’est simplement différent mais malgré tout, l’amour des chevaux rassemble et pour moi, qui peut me montrer parfois sauvage envers les inconnus, il était bien plus facile de parler ici, où mes principaux repères étaient présents. Après tout, un cheval reste un cheval. 
Merci aux moniteurs du Club Hippico Los Sahentos pour leur accueil et le temps qu’ils m’ont consacré. A bientôt, c’est évident. Et cette fois-ci, je parlerais entièrement en espagnol (et non pas en ce pot pourri d’anglais/espagnol que je vous ai servi).
Publicités

4 réflexions au sujet de « #3 BOLIVIA – Retour d’expérience »

  1. C’est vraiment intéressant comme série d’articles !
    J’ai bien ri en voyant le « petit » manège qui doit être plus grand que le « grand » manège de par chez moi. xD
    Un groom par cheval, le concept est intéressant ! Un groom s’occupe de plusieurs chevaux ou il n’est vraiment responsable que d’un seul ? (Parce que ça multiplie les employés quand même…) Mais du coup, j’aime beaucoup moins le fait que les cavaliers ne s’occupent pas de leur monture… Pour un Français, ça paraît bizarre mais pour eux, j’imagine qu’ils en prennent l’habitude et ce n’est pas terrible quand même…

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton commentaire 🙂
      Oui c’était aussi ma réaction « Ah, c’est ça le petit ? Très bien  » ahah
      Non, d’après ce que j’ai compris, le groom s’occupe de plusieurs chevaux quand même 🙂
      Effectivement, c’est le côté négatif, encore une fois je n’ai pas tout vu, mais je n’ai vu personne seller ou brosser son cheval. Et ça c’est dommage je trouve 🙂

      J'aime

  2. Super ce petit retour d’expérience !
    Le fait d’avoir un groom par cheval est intéressant. Ça a plus d’avantages que d’inconvénients selon moi. Ça permet d’être sur que les chevaux sont tous bien soignés et qu’un changement d’attitude sera vite détecté. C’est sur que ça laisse moins de place au cavalier pour s’occuper de son cheval mais tu sembles dire que c’est possible si on demande à le faire. Les cavaliers curieux et/ou qui veulent profiter de ce temps pour apprendre un peu plus du cheval pourront, avec les conseils et explications du groom en plus !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s