articles·Réflexions

L’ignorance a du bon

En équitation on apprend tous les jours. Les chevaux bousculent nos certitudes, nous renvoient nos contradictions et s’évertuent à essayer de nous rendre meilleurs que l’on était, un instant auparavant.
Mais il y a des choses que j’aurais préféré ne pas savoir. 

  • J’aurais aimé ne pas me rendre compte que tous les pro ne sont pas si professionnels que ça. Que parfois ils se trompent, parfois ils s’en fichent et parfois ils sont négligeants. 
  • J’aurais aimé ne pas me rendre compte que tous les coachs n’ont pas toutes les réponses à nos questions. qu’ils sont dans certains cas démunis, qu’ils ne savent pas et parfois même n’ont pas envie de chercher une réponse. 
  • J’aurais aimé ne pas me rendre compte que certains grands cavaliers n’ont de grands que le nom. Qu’eux aussi ils vont trop vites, ils en demandent trop et n’écoutent pas leurs chevaux. 
  • J’aurais aimé ne pas me rendre compte que l’équitation classique n’est pas si belle que ça. Qu’il y a des principes révoltants, des carcans insupportables et des abominations que l’on masque à coup d’arguments d’autorités. 
 » Ça fait 1 000 ans que l’on fait comme ça. Ça fait 10 ans qu’il enseigne. Ça fait 3 ans qu’il est dans le top-ten. Ça fait 25 ans que ses clients sont satisfaits. « 
Et si cela faisait 25, 3, 10 ou même 1 000 ans que l’on était dans le faux ? 
Publicités

3 réflexions au sujet de « L’ignorance a du bon »

  1. Disons qu’il y a mille ans, les cavaliers n’étaient peut-être pas dans le faux : ils avaient une équitation juste par rapport à leurs savoirs et à leurs besoins. Le juste est toujours là où l’on souhaite le placer, et notre juste ne sera peut-être pas celui du voisin.

    En revanche, se servir de cette excuse (on fait comme ça depuis xx ans) n’a aucun sens puisque les savoirs-faire (et savoirs-être !) devraient évoluer en cohérence avec les connaissances et l’utilisation/pratique. Dire que l’on ferre parce que ça se fait depuis un millier d’années n’a aucun sens, mais dire que l’on ferre car [insérer ici des raisons personnelles, certes parfois discutables – ou non – qui explique le geste] en a un. Je prends l’exemple sujet à polémiques volontairement mais c’est parfaitement applicable à toutes les autres dimensions de l’équitation.

    En revanche oui, il y a des choses que j’aurais préféré ne jamais savoir. Je crois que le point sur les grands cavaliers et celui sur les coachs sont les pires. Que faire quand on se rend compte que la personne à qui on voue une confiance aveugle peut aussi être complètement dans le faux (ou au moins totalement diverger de notre point de vue et nous conduire à penser qu’elle est dans le faux)…? Quant aux grands cavaliers, on loue leurs prouesses mais, hem…

    Bonne idée d’article ! ♥

    J'aime

  2. Malheureusement, des pros qui ne sont pas pros, il y en a de plus en plus, surtout au niveau des pensions pour chevaux.
    Les «coachs» je m’en méfie de plus en plus, certains ont eu leurs BPJEPS dans une pochette surprise.. parfois je vois des abominations sur certains cours ou en concours : «Pour mettre ton cheval en place tu fait droite/gauche avec tes mains, jusqu’à ce qu’il cède !» Oui oui.. du cisaillement de bouches en 2018…
    Puis les cavaliers pros, on voit souvent ce qui se passe en concours, c’est beau, ça vend du rêve, mais ce qu’on ne sait pas c’est ce qui se passe «à la maison»

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s