articles·Maladies·Santé & soins

La gale de boue

Ça y est l’été est bel et bien terminé… Fini les oiseaux qui chantent, exit les belles et longues soirées sur la plage, adieu marques de bronzage, tchao la chaleur… Et bonjour le crachin normand qui n’en fini plus de tomber. C’est sur cette introduction quelque peu déprimante que débute l’article du jour qui sent bon l’hiver, les châtaignes et les feu de cheminée, j’ai nommé la gale de boue. 

Kesako ?
La gale de boue, également appelé dermatophilose est une inflammation bactérienne se traduisant par une peau irritée, rougeâtre, la présence de croûtes ou/et de crevasses, principalement au niveau du paturon. Contrairement aux idées reçues, ce n’est pas une maladie hivernale, la gale de boue pouvant également survenir en été, par temps chaud et humide. Il n’existe donc pas une mais plusieurs types de gale de boue, la plus connue étant la gale de boue à Dermatophilus congolensis.
On peut également trouver des signes de gale de boue aux emplacements du harnachement, généralement lorsque ce dernier est placé sur le cheval sans pansage préalable. Les sujets à la peau claire sont plus sensibles à la bactérie, c’est pourquoi, les membres avec balzane sont à surveiller.
Généralement, la gale de boue ne démange pas mais elle peut être douloureuse et provoquer un léger abattement chez le cheval.
Attention, il ne faut pas confondre la gale de boue, avec la gale, qui est du à la présence par un parasite de type acarien microscopique, le sarcopte.
symptomes-gale-de-boue (1).jpg
Gale de boue (c) galedeboue.com

Eviter la gale de boue : 
Bien que n’étant pas une maladie exclusivement hivernale, il faut bien avouer que dans nos contrées tempérées, la principale cause de la gale de boue… est la boue. Le plus simple pour éviter l’apparition de cette maladie est donc d’éviter l’humidité. Facile n’est-ce pas ?
En dehors de cette prévention évidente, d’autres gestes du quotidien peuvent diminuer les risques, notamment : 
> Laver puis sécher le plus régulièrement possible les membres et notamment le plie du paturon.
> Certains produits, sous forme de talc permettent d’assécher la zone 
> Protéger avec de la vaseline (ou de l’argile) sur les zones les plus à risques en les isolant de la boue. 

 


Traiter la gale de boue
Une fois que la maladie est installée, il est recommandé de : 
1/  Tondre la zone concernée pour éviter l’enfermement via les poils 
2/ Laver avec de l’eau tiède les zones infectées (sans arracher les croutes) pour enlever la boue (si possible préférer le brossage)
3/ Désinfecter avec de la bétadine savon
4/ Bien sécher (toujours doucement en tamponnant) avec du linge propre
5 / Appliquer un corps gras spécifique dans les choix suivants :
– Huile essentielle de lavande ou de tea tree + vaseline/huile
– Mythosil (pour apaiser des petites irritations et rougeurs)
– crème anti-crevace antiseptique
6/ En cas de gale de boue fortement déclarée, appeler un vétérinaire, qui pourra choisir de mettre le cheval sous antibiotiques (par exemple sous sulmidol qui est une pommade antibiotique sur ordonnance en cas de cicatrices)

Pour aller plus loin : 
CLASSEQUINE – La gale de Boue (ici)
HARAS NATIONAUX – La dermatophilose ou « gale de boue » (ici)
LE PATURON – La gale de boue – quel traitement choisir ? (ici)

J’espère que cet article t’a plu et à bientôt ! 
Pour ne rien rater de Cavalière de l’Ouest !
Facebook : Pour des compléments d’articles et des partages de bon plans
Instagram : Pour suivre les aventures de Kiki le BG et plus de photos sur les articles
Twitter : viens, on rigole bien

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s