articles·DIY·Lifestyle

DIY : une sangle en mouton amovible

Il y a deux types de cavaliers sur cette planète : ceux qui aiment le mouton et qui en mettent absolument partout (sangle, protections, collier de chasse, rênes !) et ceux qui trouvent ça absolument ignoble. Et puis au milieu tu as moi, grande défenseure du mouton mais habitant dans une région trop humide – merci le crachin normand – pour assouvir pleinement ses lubies. Et puis j’ai découvert qu’il existait des sangles en mouton amovible. J’ai repris espoir. Et j’ai finis par me rendre compte que ce n’était pas bien compliqué d’en fabriquer soi-même. Alors j’ai craqué. Allez, je te montre tout ça !

Matériels nécessaire :
  • du tissus mouton synthétique que tu peux shopper ici 
Pour la taille, il te faut la longueur de ta sangle + 5cm de chaque côté (115cm pour ma part soit 125cm) et la largeur maximale de ta sangle + 10 cm de chaque côté 
  • du scratch, d’une couleur proche de celle de ta sangle, pour plus de discrétion
Encore une fois, il te faudra mesurer cette dernière selon les endroits où tu souhaites les attacher et prendre un petit peu de marge, pour pouvoir les coudre tranquillement. Nous, on a pris 3 morceaux. 

sangle2.png


Etape 1 : Découpage
L’étape la plus simple : il suffit de poser sa sangle sur le tissu, tracer au crayon le contour de la sangle et découper ce dernier, en suivant les traits et en veillant à prendre tout le long, une marge de 10 cm sur le tour et 5 cm aux deux bouts (cette marge servira à créer l’ourlet de la sangle).

couper.png


Etape 2 : Couture 
Pour cette étape, il faudra rouler la marge de tissu jusqu’au trait, afin de coudre l’ourlet du tissu. Le plus simple est de le coudre à la machine, mais cela fonctionne aussi avec des coutures faites main. 
Attention, le tissus est très flou, ce qui signifie qu’il bouge beaucoup. Il faut donc régulièrement stopper la couture, vérifier que la sangle s’adapte toujours parfaitement au mouton et ré-ajuster au fur et à mesure si besoin.
A la fin de cette étape, le plus gros du travail est effectué et déjà on peut placer le tissus sous la sangle.

20190202_142557.jpg


Etape 3 : Fixations 
Pour être sûr que le tissus reste solidaire à la sangle, il faut pouvoir le fixer. Nous avons choisi trois attaches : une ventrale, qui passe dans l’anneau centrale de la bavette pour la renforcer (fonctionne également sans anneau), et deux sur les côtés, qui passent dans les anneaux latéraux de la sangle.

20190202_142532.jpg

L’attache ventrale permet d’éviter que le tissus ne bouge longitudinalement (avance ou ne recule par rapport à la sangle) tandis que les deux petites attaches latérales, permettent de maintenir le tissus en place latéralement (c’est à dire éviter que le tissu ne se recroqueville sur lui même). Il existe une multitude d’autres choix, nous aurions pu par exemple, choisir de disposer de deux attaches ventrales, en forme de croix.
Et voilà, en trois scratches, la sangle en mouton est prête ! Le gros avantage d’avoir une sangle amovible reste bien sûr le nettoyage du mouton qui est, il faut le dire, un véritable calvaire lorsqu’il est totalement fixe !

Sans titre-1.png

J’espère que cet article t’a plu et à bientôt !

Mouton

 

Pour ne rien rater de Cavalière de l’Ouest ! 
Facebook : Pour des compléments d’articles et des partages de bon plans
Instagram : Pour suivre les aventures de Kiki le BG et plus de photos sur les articles
Twitter : viens, on rigole bien !

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s